Conflits de couple
Challenge 1 article/semaine

2 Moyens puissants pour garder son calme

Rien à faire…

Vous étiez pourtant plein de bonne volonté !

Mais vous ne l’avez pas vue venir…

Qui ça ? La colère !

Vous vouliez absolument résoudre ce conflit qui vous pourrit le moral. Vous aviez même préparé ce que vous alliez dire.

Mais là c’en est trop ! Vous dégainez votre sabre laser et passez du côté obscur. Pas facile de garder son calme quand on se sent attaqué.

C’est une difficulté majeure quand on commence à appliquer les 4 étapes pour mieux communiquer en cas de conflit.

Vous aimeriez réussir à ne pas vous mettre en colère ?

Etre capable de gérer le problème sereinement ?

Voici 2 moyens puissants pour garder son calme lors d’un conflit.

Ne vous prenez pas pour le centre du monde !

Imaginez

Vous allez à la caisse d’un magasin de vêtements. A peine arrivé, un autre client, que nous appellerons Pitouche (car je ne veux viser personne et qu’a priori personne ne s’appelle Pitouche) vous crie dessus parce que vous lui êtes passé devant ! Vous ne l’aviez pas vu, vous n’aviez pas l’intention de doubler. Mais il est tellement agressif que vous vous énervez aussi!

« Ben vas y te gêne pas !»
« Oui ben ça va c’est pas la peine de s’énerver »
« Passe moi devant tant que t’y es ! »
« Hey tu vas baisser d’un ton ! »
« Tu me cherches ? »

Un dialogue digne des Chti à Mykonos.

Non.

On ne veut pas tomber là dedans.

Ne prenez pas cette attaque personnellement. C’est absurde. Vous savez pourquoi ?

Parce que vous n’êtes pas responsable de la colère de votre copain de conflit ! Votre acte n’est qu’un élément déclencheur. Ce qui provoque réellement la colère de Pitouche, c’est sa manière d’interpréter les faits.

Regardez :

Element déclencheur : Je passe devant Pitouche pour aller à la caisse
Interprétation de Pitouche : Il se croit supérieur à moi
Dans ce cas, Pitouche réagit pour répondre à son besoin d’égalité.

Maintenant imaginons !

Pitouche est célibataire, et ça fait 3 mois qu’il a remarqué cette jolie vendeuse souriante. Il vient régulièrement mais elle est tout le temps derrière sa caisse. Alors Pitouche achète une paire de chaussettes tous les 3 jours pour échanger quelques mots!

Ce jour là, il s’est décidé! Il va lui proposer de se revoir hors du magasin. Pitouche s’engage dans la file d’attente, sa paire de chaussettes à la main, le cœur qui bat, les mains moites, quand soudain…

La caisse N°2 ouvre.

Malheur! Pitouche compte les clients devant lui. Fait des pronostic sur ses chances de tomber sur sa dulcinée. La file diminue… Il n’y a plus que lui ! Il fixe désespérément la caisse N°1.

Mais le client de la caisse N°2 saisit son sac et s’en va.

C’est son tour! 

Que faire? Trouver un prétexte? Vite!

Quand tout à coup… Le miracle se produit.

Vous lui passez devant !

🙂

Ce jour là, Pitouche atteint la caisse N°1 et déclare sa flamme.

Ils vécurent heureux et eurent 2 beaux enfants.

Garder son calme
@San Francisco Bicycle Coalition

 

Pourquoi vous raconter les péripéties amoureuses de Pitouche ?

Pour montrer à quel point le même élément déclencheur peut provoquer des réactions opposées !

1er cas
Element déclencheur : Je passe devant Pitouche pour aller à la caisse
Interprétation de Pitouche : Il se croit supérieur à moi
Sentiment : Colère

2ème cas
Element déclencheur : Je passe devant Pitouche pour aller à la caisse
Interprétation de Pitouche : Mon sauveur ! Grâce à lui je vais peut être avoir rendez-vous avec la femme de ma vie !
Sentiment : Euphorie

Vous voyez comme ce que ressent Pitouche dépend de SON interprétation ?

Alors arrêtez de croire que vous êtes à l’origine de tout !

Si vous avez fait quelque chose que vous regrettez, excusez-vous sincèrement. Puis laissez l’autre réagir avec ses peurs, ses croyances, ses frustrations.

Comment atténuer le sentiment d’agression ?

En quittant le film de votre vie! Votre copain de conflit vit son propre film.
Il a son propre scénario, ses personnages, ses rebondissements…
Plongez dans le sien !
Quel est son film ? Un réveil difficile ? Un deuil ? Une éducation à la dure ?

Vous n’êtes qu’un rôle secondaire. Voire même un figurant.

Dîtes-vous:

  • Si IL/ELLE me manque de respect → c’est lié à ce qu’ IL/ELLE est (et non à ce que JE suis)
  • Si IL/ELLE m’insulte → IL/ELLE est tellement énervé qu’IL/ELLE ne voit que l’insulte comme option
                                            → IL/ELLE n’arrive pas à garder son calme
  • Si IL/ELLE me ment  IL/ELLE n’assume pas de dire la vérité
                                            → IL/ELLE pense que c’est anodin de mentir

Vous vous sentirez moins attaqué dans votre identité !

Plus étonnant, vous allez compatir avec votre copain de conflit ! Voire même… avoir pitié de lui ! Ou comment transformer un « Mais quel C… ! » en « Le pauvre, j’aimerais pas être à sa place ».

 

Voyons maintenant une méthode pour repartir sur de bonnes bases quand on sent que la conversation dégénère…

Pensez prévention routière !

Garder son calme
@Mayank

En conflit comme en prévention routière, quand on sent qu’on va dans le mur…

La pause s’impose !

Quelqu’un vous attaque : il exprime un besoin non satisfait. Il a besoin de recevoir de l’empathie pour garder son calme. Facile à dire, sauf que si vous vous êtes senti attaqué personnellement, vous risquez d’être vous aussi en manque d’empathie!

Et là c’est le drame…

Car on ne peut pas donner quelque chose dont on manque ! Rupture de stock d’empathie…

STOP !

Prenez quelques minutes dans un endroit apaisant. C’est parti pour une petite séance d’auto-empathie. Oui, on va se donner nous-même de l’empathie ! On n’est jamais mieux servis que par soi même !

Séance d’auto-empathie en 5 étapes

1) Exprimez

Exprimez votre besoin à votre copain de conflit:  « Je me sens stressé parce que j’ai besoin de calme, je vais rester seul 5 minutes.»

2) Respirez

Respirez lentement pour calmer le rythme cardiaque. Faites un exercice de cohérence cardiaque pour réguler l’hormone du stress (cortisol). Il existe des applications pour smartphone et des liens Youtube qui donnent le rythme à suivre. En vous calmant, vous permettez au cerveau analytique de faire son boulot !

Kézako?
La minute scientifique: Cerveau Reptilien VS Cerveau Analytique
Quand on subit une agression, c’est notre cerveau reptilien qui réagit le premier, celui qui est lié à l’agressivité.
Le bon côté, c’est qu’on peut réagir très vite en cas de danger. Le moins bon, c’est qu’on est dans le rapport de force. Et le rapport de force empêche la communication bienveillante. Le cerveau analytique ne traite l’information que dans un 2ème temps.

Vous voulez gérer ce conflit façon Gandhi plutôt que Néandertal?
Respirez!

3) Ecoutez-vous

Posez vous les questions: « Qu’est-ce que je ressens?» « De quoi ai-je besoin? ». Vous pouvez vous servir des listes des sentiments et besoins de la communication en cas de conflit.

Si vous avez besoin de repos, vous pouvez proposer d’en reparler le lendemain. Ne cherchez pas à résoudre le conflit coûte que coûte! Parfois, mieux vaut attendre des conditions plus favorables.

Même si vous avez prévu de sauter en parachute et que vous êtes impatient de le faire,
si un orage éclate et que le pilote est narcoleptique,
laissez tomber!

4) Ecoutez l’autre

Une fois votre stock d’empathie réapprovisionné, tournez l’attention vers l’autre :« Qu’est-ce qu’il ressent?» « De quoi a-t-il besoin? ». Faites des hypothèses.

Vous pourrez ensuite lui poser vos questions. “Es tu angoissé?” “Tu as besoin de sécurité c’est bien ça?” Ce ne sont que des hypothèses, donc posez des questions, pas d’affirmation! Vous lui montrez que vous cherchez à le comprendre. Quand on donne de l’empathie, on sort du rapport de force, la colère s’en va.

5) Félicitez-vous

Bravo! Vous avez gardé votre calme! Et sûrement changé la tournure de la soirée!

Vous pouvez vous féliciter de vos progrès!

Garder son calme
@m01229

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *