Développer son empathie
Challenge 1 article/semaine

Comment développer son empathie ?

Rien à faire : vous n’êtes pas doué pour ça…

Cette personne est en face de vous. Elle ne va pas bien.

Mais pas facile de savoir quoi dire dans ces cas là.

Moi le social, je n’ai pas ça dans le sang !

Ca fait 20 minutes qu’elle ressasse les mêmes histoires… Ca commence à être agaçant, mais je ne veux pas lui faire de la peine.

Vous êtes aussi dans ce cas ?

Alors il vous manque l’ingrédient essentiel d’une gestion de conflits : l’empathie.

C’est comme vouloir faire de l’aïoli sans ail, c’est perdu d’avance.

Par contre, si vous développez votre empathie, vous aurez accès à un super pouvoir pour gérer les conflits!

L’empathie, le super pouvoir de la gestion de conflits

Qu’est-ce que c’est donc que l’empathie ?!

L’empathie, d’après le dictionnaire, c’est la “Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent”.

Ce n’est pas génétique!

L’empathie se développe plus ou moins, principalement pendant l’enfance et adolescence.

Comment aider vos enfants à développer leur empathie ?

En leur apprenant à accueillir leurs sentiments et à les identifier ! Vous pouvez utiliser les quatre étapes de la communication non violente!

L’empathie engendre la confiance

Il y a 2 formes d’empathie :

-du cœur : ressentir les émotions
-du mental : comprendre la logique

Empathie du coeur
@ThomasLife

L’empathie du cœur permet d’établir un lien de confiance avec votre copain de conflit.

Imaginez

Vous venez d’apprendre un décès. Vous rentrez effondré chez vous, vous craquez et apprenez la nouvelle à votre conjointe. Elle vous écoute… et son visage reste inchangé. Son comportement aussi. Elle continue ce qu’elle est en train de faire, garde sa mine réjouie, et réagit comme si vous lui racontiez les potins de la machine à café.
Quelque chose cloche…

Son langage non verbal vous exprime « Je me moque de ce que tu me racontes et ta tristesse ne me fait ni chaud ni froid ». La réaction naturelle est de se décomposer devant la tristesse de son conjoint et de l’écouter attentivement.

On réagit très mal à l’absence d’empathie, car le regard de l’autre nous prouve que l’on existe.

Quand quelqu’un nous ignore, on interprète ça comme « je n’existe pas ».
Quand quelqu’un nous regarde avec admiration, on interprète ça comme « je suis admirable ».

Ok ! Mais concrètement, comment je fais pour montrer de l’empathie?

On y vient !

Maintenant que vous avez pris conscience du rôle essentiel de l’empathie, voici quelques astuces concrètes pour la développer.

Comment développer son empathie ?

Vous pensez que vous allez devoir écouter pendant 4h un dépressif paranoïaque sans bouger une oreille ?

Détendez-vous, ce n’est pas le cas.

Il y a beaucoup de fausses idées sur l’empathie.

Montrer de l’empathie, c’est nourrir le besoin d’être compris. Rien de plus.

Mais souvent on confond comprendre avec adhérer, aider, analyser…

Alors pour que vous sachiez ce qu’il ne faut pas faire, voici quelques exemples concrets.

Les contre-exemples d’Albert : tout ce qu’il ne faut pas faire !

Parler de soi

Albert a entendu les malheurs de Sophie et croit bon de partir en monologue « Oui c’est exactement pareil que la fois où j’ai été viré de l’équipe de Hockey Sub Aquatique… »

NON!

Sophie n’a pas besoin qu’Albert lui prouve par A+B qu’il la comprend, Sophie a besoin de le sentir.

Donc on écoute son copain de conflit! Il n’y a que lui qui importe à ce moment là, on ne se met pas à parler de nous.

Analyser

Albert se la joue mécanicien, il assomme Sophie de questions techniques puis résume son problème: tout ça est très logique. Mais Sophie n’est pas une Twingo.

Voiture Jouet
Toto @ Matinino

Là ce n’est pas Sophie sur la photo

Albert analyse le problème, mais Sophie n’a pas besoin qu’Albert comprenne la situation: elle a besoin de se sentir comprise elle-même.

Conseiller

Attention celle-là mérite une standing ovation ! L’erreur Numéro 1 ! La Reine des erreurs ! Un tonnerre d’applaudissements pour…. Cooooonseeeeeilleeeeeeeer !

Qui n’a jamais conseillé son copain de conflit en pensant bien faire?

Albert est au taquet pour résoudre le problème de Sophie:

« Tu devrais faire du sport! » « Essaies la méditation!» « A ta place je testerais le Hockey sur Paddle»

Sophie demande de la compréhension, pas que vous voliez à son secours. Alors laissez votre cape au vestiaire !

La vérité, c’est que Sophie est la mieux placée pour choisir ce qu’elle va faire. Inutile de la persuader, elle fera comme elle peut à ce moment là !

Attention! Si vous êtes du genre actif, soyez vigilants: les personnes centrées sur les objectifs ont plus de difficultés à avoir une écoute de qualité.

Adhérer

Albert a vraiment de la peine pour cette pauvre Sophie. Toujours prêt à la soutenir, il ne lésine pas :

« Ca va s’arranger ne t’inquiète pas ! »
« Ma pauvre Sophie tu n’as vraiment pas de chance, ça doit être horrible, j’en ai mal pour toi… » « Mais tu as tellement raison ! C’est vrai qu’il a le QI d’une huître ! Quel crétin ! »

Une seconde !

Ecouter ne signifie pas adhérer.

Albert n’a pas à prendre parti dans l’histoire de Sophie. En empathie, vous n’êtes ni pour, ni contre. Vous ne jugez pas si Sophie a raison ou tort.

Qui peut en juger ?

Ne confondez pas sympathie et empathie. Même si vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un, vous pouvez lui montrer de l’empathie !

Accuser

« Tu exagères, il ne te parle pas si mal !»
« Je ne suis pas en retard de 3h, mais de 2h30!»

Même si Sophie est marseillaise sur les bords, ce n’est pas le moment de pinailler.

Sophie n’a pas besoin d’être fixée sur le temps exact de retard d’Albert. La seule chose qui compte, c’est quel besoin elle exprime.

« Si tu avais été plus gentille avec ton collègue, tu n’en serais pas là »
« Je t’avais dit que tu aurais dû le quitter ! »
« Tu es trop sensible ! »

Aïe aïe aie…

Non seulement Albert analyse au lieu d’écouter, mais il achève Sophie en lui affirmant qu’elle mérite ses malheurs.

Rappelez-vous : écouter, sans être pour ni contre.

C’est dingue non?

On pense donner de l’empathie, mais on se met le doigt dans l’oeil!

Pourtant…

La vraie empathie, c’est simple comme bonjour !

Pour être en empathie, il vous faut 2 compétences :
-écouter
-poser une question.

On est loin du master de psychologie !

Développer son empathie
@Thomas Hawk

Pas besoin d’abonnement à la bibliothèque

Vous vous sentez au niveau ?

Alors c’est parti.

1)Ecouter VRAIMENT

Pour offrir une écoute de qualité à votre ami dépressif ou à votre copain de conflit, il faut accepter de vous auto-abandonner un moment.

Plongez dans son univers !

Vous n’existez plus.

Pas de comparaison avec votre vie.
Pas de jugement selon vos principes.

Marshall B. Rosenberg, créateur de la communication non violente, cite un précepte bouddhiste:

Ne te contente pas d’agir, sois là.

Corporellement, votre écoute doit être engagée :
regardez attentivement votre copain de conflit
-prenez une position axée vers lui
-soyez disponible, ne vous agitez pas.

Avec votre langage corporel, vous lui indiquez « je suis impliqué».

2)Poser des questions

Sophie n’a pas besoin que l’on comprenne tout l’enchaînement de sa vie. Elle a juste besoin que l’on comprenne son état actuel : son ressenti et ses besoins.

Mais il y a un hic !

Quand on va mal, on a du mal à savoir nous mêmes ce dont on a besoin.

Sophie ressasse la même anecdote, mais au bout de 35 fois ça ne va toujours pas mieux…

Donnons lui un petit coup de pouce !

Pendant que vous écoutez attentivement son anecdote pour la 36ème fois, soyez à l’affut de tout indice sur son sentiment ou son besoin.

« elle m’abandonne »→ Elle se sent Seule ? Déçue ?
Elle a besoin de Partage ? De Confiance ?
« il me rabaisse » → Elle se sent Misérable ? Furieuse ?
Elle a besoin de Respect ? De Reconnaissance ?

Vous avez une idée de sentiment ou besoin ? Posez-lui la question !

« Tu veux dire que tu te sens seule? »
« Est ce que tu te sens furieuse ? »
« Tu veux dire que tu as besoin de reconnaissance ? »

Attention !!

Posez des VRAIES questions !
Votre ton à l’oral ne doit pas insinuer : « Je sais déjà ». Il doit exprimer « Je veux m’assurer de comprendre ».

C’est très important.
Pourquoi ? Parce que sinon c’est un diagnostic.

Hors, chaque individu est unique. Donc si vous pensez avoir tout compris à la situation, il y a de fortes chances que vous vous trompiez !

Et bannissez le mot « pourquoi » de vos questions ! Sophie serait obligée de partir dans des explications compliquées et de se justifier. Ne l’embrouillez pas !

 

Vous voilà fin prêt à inonder le monde d’empathie !

Testez votre nouveau super pouvoir avec une situation qui semblait bloquée.

Vous pourriez être surpris du résultat.

« Comment savoir si j’ai mis la bonne dose d’empathie ? »

C’est simple : tant que Sophie n’aura pas reçu assez d’empathie, elle ne sera pas vraiment prête
à envisager les solutions.

Alors empathez !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *